Darkness in El Dorado - Archived Document
Anthropological Niche of Douglas W. Hume
Home | Darkness in El Dorado | Contact

Internet Source: Le Monde, Societe, October 2, 2000
Source URL: none


Le Monde

October 2, 2000

En Amerique, un peuple plus celebre que les Esquimaux

BIRNBAUM JEAN

OCCUPANT un immense territoire (plus de 190 000 km2) situe de part et d'autre de la frontiere entre le Venezuela et le Bresil, les Yanomamis constituent l'un des principaux peuples forestiers d'Amerique du Sud vivant encore dans des conditions qui ne doivent pas grand-chose a la technologie moderne. Subsistant grace a la peche et a la culture sur brulis, ils cultivent essentiellement le manioc et le plantain (banane verte), et representent un ensemble culturel et linguistique assez homogene et diversifie, nourri par quelque 370 groupes, pour une population totale d'un peu plus de 20 000 habitants.

LA PRESSION DES ORPAILLEURS

Jusqu'aux annees 60, leurs contacts avec l'exterieur se resumaient a quelques rencontres avec des colons, quelques missionnaires et des garimpeiros, chasseurs d'or venus exploiter les ressources minieres de la region. Depuis, les orpailleurs ont accentue leur pression, violant meme regulierement les territoires qui ont ete reconnus aux Indiens.

C'est cet isolement assez longtemps preserve qui a suscite l'interet des anthropologues, mais c'est aussi le caractere particulierement fissionnel de leur organisation sociale, les groupes se separant et se reconstituant sans cesse au gre des conflits. Voila pourquoi certains ont alimente la legende de l'extreme agressivite de ces Indiens.

Ainsi Napoleon Chagnon, le sociobiologiste americain mis en cause dans le livre de Patrick Tierney, a-t-il realise un film intitule The Ax-Fight, dans lequel il commentait des images de confrontations physiques entre Yanomamis. Le film est reste celebre, au point de devenir un cas d'ecole pour les enseignants: Nous l'avons projete aux etudiants pour leur faire comprendre les dangers du projet sociobiologique, explique par exemple Christian Ghasarian, de l'Institut d'ethnologie de Neuchatel.

Il etait aise de demontrer le caractere artificiel de luttes qui avaient souvent ete creees de toutes pieces, soit en faisant jouer un role aux Yanomamis, soit en distribuant de nombreux cadeaux qui finissaient effectivement par etre vecteurs de conflit.

Pourtant, la reputation de peuple feroce a la peau si dure que les ONG ayant a coeur de mobiliser des financements pour des programmes sanitaires ou educatifs se heurtent parfois a des refus au pretexte que les Yanomamis seraient decidement trop violents pour meriter un quelconque secours.